8 - 26 décembre

Thaïlande du sud

Thaïlande du sud

Phuket

9 – 12 décembre 2018

Nous revenons en terrain connu, en Thaïlande, mais cette fois c’est pour y découvrir le sud, ses plages et son farniente. Le besoin de se poser se fait sentir tant chez les enfants que chez nous. Ce besoin de se sentir un peu chez nous quelques jours d’affilée. Mais avant, si nous avons déposé nos valises à Phuket, région extrêmement touristique, c’est que Vincent, notre voisin et ami d’Huizingen, nous a conseillé un centre de plongée où nous pourrions faire nos premiers pas dans ce monde aquatique. Ce centre est tenu par son beau-frère Philippe: il s’agit du centre Andaman Coral Divers.

La plongée sous marine est une ‘activité’ nouvelle pour toute la famille, excepté moi qui ait quelques souvenirs de nos cours d’éducation physique au Collège Cardinal Mercier, lors desquels nous avons eu la chance d’être initié à la chose. Mais c’est il y a plus de 25 ans. Pas certain que je m’en souvienne. Le rendez-vous est donc pris avec Philippe et son équipe.

Thaïlande du sud

Andaman Coral Divers

Thaïlande du sud

Nous partons le lendemain pour 8 heures avec un bateau prévu à cet effet. Nous serons une trentaine de personnes à bord, du novice au plus confirmé. 1h30 de bateau suffit pour rejoindre l’île de Ko Racha Yai et ses eaux claires. Nous avons prévu pour la journée d’initier Robin -8 ans- à deux plongées à 2 m de profondeur. Equipé d’un attelage digne du film The Abyss, Robin, confiant, se jette à l’eau sans appréhension. Eric son instructeur nous avait donné au préalable 1h de cours théorique afin que l’on comprenne bien les réactions du corps une fois sous l’eau, l’importance de respirer calmement mais également de réaliser la décompression régulière au niveau des oreilles pour éviter des soucis de tympans perforés. Les garçons sont extrêmement attentifs aux explications, ils ont conscience qu’il ne s’agit pas d’un jeu et qu’avec une bonbonne d’oxygène de 20kg sur le dos et une ceinture de plomb pour les lester au fond, ils doivent avoir intégrer les principes de base.
Simon est le second a plonger, il sera accompagné par son papa pour qui c’est aussi une première. Tous les deux accompagnés d’Eric progressent lentement vers le fond, ils se tiennent dans un premier temps à une corde avant d’atteindre les 8 m et progressivement lacher celle-ci pour rejoindre les coraux et autres poissons nombreux à cet endroit-là. Simon et Bert trouvent très rapidement leurs repères au fond de l’eau et après 40 minutes je les vois remonter. Simon semble blême, il explique alors que son papa lui a arraché par mégarde le détenteur de plongée de la bouche (mécanisme qui permet au plongeur de respirer l’air contenu dans sa bouteille) et qu’il ne savait que faire. Heureusement, l’incident a lieu lors de la remontée mais et Eric, l’instructeur n’a pas eu conscience de ce qui se passait à ce moment sous l’eau. Simon est donc parvenu a garder son sang froid et à bloquer sa respiration jusqu’ à sa sortie de l’eau, à l’aide de son papa! Quel stress pour cette première sortie en mer. Simon n’en garde néanmoins pas un mauvais souvenir, il en redemande.

Thaïlande du sud

C’est ensuite au tour de Robin qui enchaîne avec une seconde plongée.; ça y est, notre petit bonhomme est fan. Il revient les yeux remplis d’étoiles, nous décrivant un univers qu’il connaissait si peu. « J’ai vu des méduses, des longs poissons,… ».

Simon s’équipe une nouvelle fois et sans aucune appréhension, il sait maintenant que s’il perd son détenteur, il lui suffit de le remettre en bouche et d’appuyer sur un bouton pour dégager l’eau prise dans les tuyaux.

Cette fois, c’est chez moi que la pression monte. Une fois dans l’eau, je me prépare à mettre la tête sous l’eau. Je suis alors prise d’angoisse à l’idée de me retrouver au fond. 1001 questions se bousculent. Eric sent bien que je ne suis pas à l’aise, il me conseille de respirer calmement et de choisir le bon moment pour descendre le long de la corde. Je suis excitée à l’idée de réaliser un exploit aux côtés de mon fils aîné mais tétanisée à l’idée qu’il m’arrive quelque chose dans ces fonds marins qui me paraissent d’un coup hostiles. Finalement, je me conditionne et me détends peu à peu.
Eric restera attentif à mon bien être toute la durée de la plongée. Quant à Simon, il est déjà ‘comme un poisson dans l’eau’. Après 15 minutes, je parviens à me détacher du volet “technique” et j’observe alors le spectacle qui se joue autour de nous. Les bancs de poissons multicolores qui nous entourent, c’est magnifique. Il fait calme, je n’entends que ma respiration et effectue lentement quelques mouvements de jambes pour progresser sous l’eau.

A l’issue de cette aventure aquatique, je suis heureuse d’avoir surmonté mes craintes. J’ignorais vraiment que j’allais réagir ainsi. On s’angoisse davantage en vieillissant 🙂.

Thaïlande du sud

Emile, quant à lui, nous observe d’un oeil, équipé d’un gilet de sauvetage qui ne le quittera pas de la journée, il réalise des descentes en toboggan du bateau et quelques brasses en snorkeling. La journée passe à une vitesse folle. A 15h, nous reprenons la route en bateau vers Phuket. Emile s’endort dans mes bras, quant aux garçons ils rêvassent sur le pont, fiers du défi accompli. Chaque jour nous apporte son lot de découvertes et d’expériences.

Thaïlande du sud

Koh Lanta

12 – 26 décembre

C’est un minibus de 10 places qui nous amène au pire de Phuket, chaque ville voire chaque pays a ses moyens de transport. C’est donc chaque fois une surprise pour nous de deviner comment nous nous déplacerons dans la ville.
Nous y prenons un premier bateau vers l’île de Koh Phi Phi. Le trajet se fait à bord d’un bateau climatisé qui transporte une centaine de personnes. Il n’est pas complet mais nous sentons néanmoins que la haute saison, en Thaïlande, est à nos portes. Nous croisons de nombreuses familles mais aussi des backpackers venus faire la fête sur les différentes îles du Sud de la Thailande. Arrivés à notre première escale Koh Phi Phi, nous sommes contents de pouvoir repartir, tant il y a du monde qui y débarque. Cette île réputée pour les soirées festives n’est pas très grande et offre des plages paradisiaques parait-il.
Nous mettons le cap vers Koh Lanta 30 minutes plus tard, certes moins paradisiaque mais plus familiale et plus sauvage avons-nous pu lire dans les différents guides. C’est un bateau nettement plus petit qui nous y emmène. Il faut avoir le coeur bien accroché et heureusement dans la famille il semblerait que nous soyons épargnés par les maux du voyage. D’ailleurs Emile épuisé s’endort dès la première demi-heure. Arrivés au petit port de Ban Saladan, c’est Haad, le propriétaire de la homestay qui nous attend. Il nous emmène sans tarder dans un petit coin de paradis ouvert depuis 3 ans où nous séjournerons finalement 14 jours tant nous nous y sentons bien.

Mada Lanta Mai Keaw est situé au centre de l’île de Koh Lanta, l’île n’est pas très grande, elle fait 81 km2 pour 15 000 habitants. Située dans la province de Krabi, elle est séparée en deux par des mangroves ( définition voir plus bas), d’un côté il y a Koh Lanta Noi au Nord et au Sud Koh Lanta Yai. Depuis deux ans, il y a un pont entre les deux îles. L’île la plus développée et tournée vers les touristes c’est Koh Lanta Yai.

J’en entends déjà certains qui me chuchotent à l’oreille, “alors, vous avez fait des épreuves de survie?” comme dans le programme de télé-réalité bien connu “Ko Lanta le combat des héros”? Et bien figurez-vous que même si l’île possède de très jolies plages, l’émission n’est absolument pas tournée là-bas mais bien à 6km de là sur la petite île de Koh Mok pour ce qui concerne sa première version. Depuis lors, les tournages ont lieu sur d’autres îles paradisiaques du globe et donc, non, nous n’avons pas croisé Denis Borgniart l’animateur 🙂.

Thaïlande du sud

Nous réservons dès le lendemain deux scooters ( 200 bahts / jour soit 5 euros) qui nous permettrons d’être libres comme le vent et de nous rendre quand on veut, où l’on veut. Quel sentiment de liberté! Bert est le plus franc en deux roues, il prend donc Emile à l’avant et Robin à l’arrière. Et encore, nous sommes raisonnables, il n’est pas rare en Thailande de croiser des scooter avec 1 adulte et 3 à 4 enfants. Quant à Simon, il embarque derrière moi.
Nous sommes en possession de notre permis de conduire international mais à aucun moment nous devrons le présenter. Nous roulons avec prudence et redoublons d’attention après les fortes pluies car les routes y sont extrêmement glissantes et certaines en travaux.

C’est le premier pays/ville dans laquelle nous nous sentons capable de circuler en sécurité dans la circulation. Les trois quart des véhicules sont des scooters. Mais attention, n’oublions pas qu’on roule à gauche et que certaines règles de conduite diffèrent. Le programme varie peu d’un jour à l’autre.

Thaïlande du sud

Nous profitons de la fraîcheur du matin pour travailler avec les garçons et après l’effort, le réconfort et nous nous rendons sur l’une ou l’autre plage peu fréquentée dans le sud de l’île à une vingtaine de minutes de notre bungalow. Se poser plusieurs jours nous permet d’approfondir les relations avec les autres voyageurs.
Nous y rencontrons Freek, un jeune hollandais de 35 ans qui voyage seul depuis 2 mois et qui ne demande qu’à tisser des liens. Le contact passe très vite et les garçons l’apprécient beaucoup. Jovial, il a un terrible accent hollandais et parle très fort ce qui fait rire les garçons.

Noël approche, le sentiment de se sentir loin des nôtres se fait davantage sentir même si l’ambiance dans laquelle nous sommes nous plonge très peu dans l’esprit de Noël: quelques guirlandes poussent à droite à gauche dans les étales des magasins et dans le décor de l’île. Ce n’est pas étonnant car les habitants de l’île sont principalement musulmans et boudhistes. On entend d’ailleurs de loin la voix du muezzin qui appelle régulièrement à la prière.
L’ambiance de Noël est donc factice et destinée aux touristes uniquement. Qu’à cela ne tienne, les garçons sont hyper enthousiastes et Robin réalise des bricolages et des dessins de Noël avec les moyens du bord, une boîte vide de chips Pringels. Nous décidons de tirer au sort chacun de nos noms et d’aller acheter de petits présents au marché couvert du port pour se les échanger le soir de Noël.

Thaïlande du sud

Deux jours avant la veillée de Noël, nous réservons une excursion d’une journée à travers les 4 plus belles îles des environs. Après avoir comparé les différents tarifs, nous optons pour le Riviera Tour. Les services proposés ont l’air corrects et c’est Sao, notre hôte qui se charge de la réservation. Nous payerons finalement 650 baht (17 euros) par personne pour la journée ( taxi à l’hôtel, prêt de matériel pour le snorkeling, lunch de midi, boissons et fruits frais compris…).
Le bateau nous emmène d’abord dans un premier spot (Koh Cheok) ou nous pouvons tenter d’observer les poissons dans une eau particulièrement limpide sauf que…cette fois nous ne sommes pas seuls et que d’autres touristes empruntent le même itinéraire. L’eau est donc assez trouble et difficile d’y voir quelque chose, bref décevant.

La seconde halte sera plus étonnante, il s’agit de la visite des grottes d’Emerald (Emerald cave) sur l’île de Koh Mook. Il y fait tout noir, (logique pour une grotte me direz-vous) nous devons donc tous enfiler nos gilets de sauvetage pour des raisons évidentes de sécurité. Seul notre guide est équipé d’une lampe de poche. Les eaux y sont turquoises à l’entrée même de la grotte, ensuite c’est le noir complet avant d’arriver dans un cadre étonnant. On dirait un décor de de film avec une mini plage sauvage entourée de falaises à la végétation luxuriante. Certes, nous n’y sommes pas seuls, on est dimanche et des « locaux « en profitent également pour réaliser l’excursion mais le décor n’y est pas moins grandiose.

Nous reprenons le bateau et avant de luncher nous faisons un arrêt dans un nouvel endroit au pied d’une autre falaise (Koh Ma). Les garçons y verront de nombreux poissons. Même Emile prend du plaisir à faire du snorkeling, il comprend bien le principe de respirer par le tuba. Il est 14h passé, nos estomacs crient famine. Nous nous arrêtons au petit port de l’île de Koh Ngai. Nous y passerons deux heures, la plage est magnifique et l’eau translucide, un décor de carte postale. Nous manquerons même d’y rester, aucun d’entre nous ne s’étant rendu compte qu’il était l’heure de rejoindre notre embarcation. Une heure trente de bateau nous attend encore avant de rejoindre Koh Lanta et notre bungalow logé dans la jungle. La journée a été plus que réussie dans ce petit paradis qu’est la mer d’Andaman.

Thaïlande du sud

La mangrove de l’île, plus connue sous le nom de la Thing Yee Pheng Mangrove Forest, serait également un point d’intérêt à ne pas rater. Les mangroves sont des arbres tolérants au sel et qui poussent dans les zones côtières tropicales et sont capables de survirent dans des conditions difficiles. Ils contiennent entre autres un système de filtration du sel; un système racinaire complexe pour faire face à l’immersion dans l’eau de mer. D’ailleurs leurs racines sont particulièrement impressionnantes tellement elles s’entremêlent.
Nous nous y rendons en scooter. Les garçons adorent cette façon de circuler, ils voient du paysage, ils n’ont pas trop chaud et ça fait “aventurier”.

Nous devrions y voir les fameux crabes violonistes, ces crabes qui ont une grosse pince d’un côté et une petite de l’autre. La journée s’annonce chaude mais grise, quelques gouttelettes tombent, c’est plutôt rafraichissant. Nous sommes venus voir les crabes.

Deux options s’offrent à nous, soit simplement emprunter un chemin et traverser un morceau de mangrove à pied, durée 20 minutes, soit embarquer à bord d’un bateau pendant 1h et y voir également des singes. Le tout pour 600 bats par personne. Notre choix est très vite fait, la promenade nous conviendra parfaitement. Nous croisons des crabes mais non pas de 20 à 30 cm comme décrit dans le prospectus mais de 2cm. Les garçons sont déçus. Quant aux singes, nous en croisons presque chaque jour lors de nos escapades vers les plages. Ils ont même failli attraper le bras de Robin qui transportait des bananes à l’arrière du scooter et nous en verrons encore très certainement à travers notre périple asiatique.

Thaïlande du sud

La veillée de Noël s’annonce agréable, nous avons commandé auprès de Sao, excellente cuisinière, un poisson frais à la citronnelle (lemon grass) ainsi qu’un poisson aux ananas. Pour le enfants, des fruits de mer à la sauce sweet and sour ( une sauce à base de vinaigre et de sucre). Nous convions également Freek ,notre nouvel ami à notre petit souper à la guesthouse. Il est ravi. Les garçons insistent pour lui offrir aussi un petit cadeau.

A 20h, nous nous rendons avec notre hôte dans un hôtel “resort” ( hôtel de type “all inclusive”) » non loin de là, sa fille fait partie d’un club de danse et se donne en spectacle sur la plage pour animer la soirée de Noël des touristes . C’est l’occasion pour nous de participer à un brin de tradition. Nous arrivons sur la plage, la décoration est kitch mais festive. Les touristes de l’hôtel participent à un grand buffet et le spectacle ponctue la soirée. Nous nous mêlons à la masse en toute discrétion et participons aux festivités. En toute discrétion jusqu’au moment où les animateurs organisent un jeu invitant tous les enfants à participer. Simon et Robin dont la timidité s’atténue jour après jour se joignent aux enfants et Simon se retrouve sur le podium et recevra de petits gâteaux, un peu plus tard c’est Robin qui remporte la seconde place. Quant à Freek et Bert ils ne seront pas en reste non plus.
Ce sentiments d’être des imposteurs à une soirée bonne enfant pour laquelle les clients de l’hôtel ont dû débourser près de 50 euros par personne nous fait sourire. Les enfants sont ravis et nous plutôt fiers de cette soirée placée sous le signe de l’improvisation qui a fait de cette soirée de Noël un moment unique dont on se souviendra encore longtemps 🙂.

Thaïlande du sud

Le jour de Noël, notre programme ne diffère pas beaucoup des autres jours sauf que cette fois, c’est dans une piscine face à la mer que nous nous rendons. Sur les conseils de Sophie T. tourdumondiste aguerrie que j’ai eu la chance de rencontrer avant notre départ, certains hôtels permettent d’accéder à leur piscine si nous consommons sur place. C’est le cas de Bambies Boutique, un hôtel familial situé sur la plage, deux piscines presque rien que pour nous y sont accessibles.
Emile se régale car il y a de petits toboggans et des seaux qui se renversent sur la tête., Simon et Robin se défoulent. Je me replonge dans mon thriller ( merci mon amie Christine pour le conseil, j’ai dévoré ce livre en quelques jours) et Bert patauge aussi comme un grand enfant. Nous sommes en face de la mer, sur la Long Beach, la plage la plus longue de Koh Lanta. C’est ici que la majorité des touristes se rassemblent. Il y a de nombreux hôtels de luxe, des bars. Vu la longueur de cette plage nous n’avons absolument pas le sentiment d’être en haute saison; le sentiment d’être envahis de touristes n’est pas trop présent.

Dernier jour sur l’île, nous nous rendons une dernière fois à la piscine de l’hôtel en face de la plage et partageons notre dernier jour avec Freek qui part le lendemain comme nous en direction d’une autre île de Thaïlande. Le soir, pour fêter dignement notre séparation, Freek a la bonne idée d’acheter des feux d’artifices, ici pour 15 euros nous en achetons de très beaux.

Les enfants sont super contents mais réalisent très vite que c’est la dernière soirée en compagnie de leur nouvel ami. Cette fois nous pouvons néanmoins leur faire la promesse que nous nous reverrons car Freek habite la Hollande non loin d’Amsterdam et le rendez-vous est pris, nous passerons un jour lui faire un petit coucou.

Thaïlande du sud

Hat Yai

Le lendemain de Noël, nous refaisons donc nos valises et sommes fin prêts à quitter la Thaïlande. Le trajet se fera en deux temps car pour rejoindre la Malaisie par voie terrestre, c’est encore une petite trotte. Un trajet de 30 minutes en minivan pour rejoindre le ferry pour quitter l’île de Koh Lanta et rejoindre la terre ferme, suivi d’un trajet de 6h en minivan jusqu’à Hat Yai.
Cette ville n’a pas très bonne réputation, il y a déjà eu quelques attentats, dont celui de 2012 qui a fait 11 morts et plus de 100 blessés. Cette ville est placée sous haute surveillance. L’extrême sud de la Thaïlande est en effet connue pour ses tensions. Nous ne nous sentons pas en insécurité pour autant, nous ne dormons d’ailleurs qu’une seule nuit dans une très chouette auberge de jeunesse; Silla House.
Simon et Bert font un rapide tour chez le coiffeur et nous en profitons pour envoyer un petit colis pour nos 8 filleuls respectifs. L’envoi nous coûte bien évidemment bien plus cher que le contenu (60 euros) mais c’est le geste qui compte, comme on dit. Notre appareil photo est également renvoyé en Belgique, il n’a pas résisté à une mauvaise chute. Bert se sent tout perdu sans son fidèle compagnon qui depuis le début du séjour nous permet de capturer des endroits magiques. Nous essayerons de retrouver l’identique en Malaisie. Pour clôturer la journée en beauté nous nous rendons dans le China Town (quarter chinois) de la ville pour y déguster des dim sum chez Chok Dee. Un vrai régal, les enfants commencent même à apprécier la nourriture asiatique 🙂.

Thaïlande du sud

Padang Besar

Le lendemain, nous quittons de très bon heure l’hôtel, il est 5h30 quand le réveil sonne. Ce qui est génial avec les garçons c’est qu’ils ne rouspettent jamais quand il faut se lever tôt ou reprendre la route, cela semble faire partie de la normalité pour eux et c’est tant mieux pour nous. Programme de la journée, rejoindre la frontière Malaise: Pedang Besar en train. Une fois le cachet de l’immigration reçu, nous pouvons reprendre un second train, nettement plus moderne celui-là, en direction de: Butterworth Le changement de pays et de culture est saisissant.
Nous entrons dans un pays musulman nettement plus développé que son voisin, la Thaïlande. Notre train hyper moderne nous dépose à deux pas du port où nous devons prendre un dernier ferry pour rejoindre l’île de Penang sur laquelle trône Georgetown. Le ferry transporte passagers et voitures et nous emmène en 15 minutes dans la seconde plus grande ville de Malaisie, capitale de la gastronomie asiatique. Nous sommes impatients de voir ce que la Malaisie nous réserve.

2 Commentaires

  1. Commentaire par Helene

    Avatar

    Helene Répondre 22 janvier '19 le 19:00

    Nous aussi on Est impatients de decouvrir la suite de vos aventures en malaisie … les quelques photos sur instagram donnent deja un bel avant gout …

    • Commentaire par Bert

      Bert

      Bert Répondre 22 janvier '19 le 13:19

      Faudra attendre encore quelques jours… on vit tellement de moments uniques que le blog à un peu de retard.?

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut