À mi-chemin

Le bilan

1 mars 2019

Cinq mois et demi déjà que nous avons décollé de Belgique vers de nouvelles aventures. Alors des regrets? Certainement pas, mais l’occasion de partager avec vous notre expérience de voyageurs.

Les bagages

Commençons par les bagages que nous avons emportés. Trois sacs de 15kg, 14 kg et 18 kg. Après 4 mois, malgré l’envoi d’un colis de souvenirs pour les fêtes, nous sommes parvenus à augmenter le poids de chacun d’eux et à atteindre les 18kg pour chacun. Certes ce n’est que quelques kilos de plus, mais ça se sent directement lorsqu’il faut prendre un ferry, un train, un bus et enfin un taxi pour atteindre l’hôtel. Heureusement nos trois gros sacs (Osprey 60l & 80l et Eaglecreek 120l) sont équipés de roulettes. Nous avons chacun acheté au moins deux nouveaux t-shirts et laissé les anciens dans l’une ou l’autre famille rencontrée en route. St.-Nicolas a également déposé quelques jouets pour les garçons et Noël a également fait des heureux. Bref, on se retrouve avec des dinosaures, une voiture téléguidée, des raquettes de plage…il va falloir lester quelques jouets en cours de route, d’autant qu’à part Mini Ville et Uno les garçons ne sont pas très assidus. On fera certainement des heureux.

Le matériel électrique: quand on voyage avec un homme qui travaille dans les médias, il ne faut pas s’étonner de se retrouver avec un attirail d’objets destinés à capturer l’instant présent. C’est sans doute parce qu’on est tellement occupé à vivre l’instant présent que nous oublions de sortir le drône ( initialement prévu pour que nous puissions monayer une chambre de luxe à l’hôtel en échange d’un petit film), le rail destiné à réaliser des images panoramiques et enfin le pied de l’appareil photos. Des objets lourds que nous ne manquerons pas de renvoyer en Belgique à l’occasion…sauf le drône bien sûr. Quant au PC, aux tablettes et aux liseuses, tout ce petit matériel nous sert quotidiennement pour alimenter le blog, planifier l’itinéraire, scolariser les enfants et les occuper pendant les longs trajets Quant à notre terrible appareil Lumix, après sa mauvaise chute, il a fallu le renvoyer en Belgique. Nous avons racheté l’identique en Malaisie, 200 euros moins cher.

La santé

Côté santé, nous ne pensions pas devoir évoquer ce qui suivra et pourtant…
Au Laos, nous avons eu le plaisir de voyager à travers le pays avec notre propre moyen de transport: un tuktuk. Un moyen facile et peu coûteux nous offrant la liberté de suivre notre propre itinéraire et nous arrêter en chemin quand bon nous semble. Notre plaisir a été de courte durée, après 5 jours de voyage nous avons été victime d’une collision avec un minibus. Le minivan a fait une fausse manoeuvre et nous a embouti par l’arrière. Le choc est suffisamment violent que pour retourner notre tuk tuk et nous projeter sur le sol. Nous en ressortirons avec quelques contusions, des bosses, une coupure au menton et quelques côtes froissées pour Bert. Les hôpitaux du Laos étant peu équipés, nous sommes rapatriés en Thaïlande pour y réaliser les soins et le suivi nécessaire.
Quelques jours avant, au Laos toujours, Emile s’est fait mordre par un chat. Par sécurité, nous lui avons réinjecté le vaccin contre la rage comme il est recommandé de faire dans pareilles circonstances. Quant à Robin se sont des soucis intestinaux et de fortes fièvres qui l’ont affaibli quelques jours.
Un autre épisode de gastro nous avait aussi touché en Birmanie décimant presque toute la famille.
Oui, nous avons dû sortir quelque fois le désinfectant et l’un ou l’autre sparadrap pour des éraflures mais avec trois garçons, ce n’est finalement pas grand chose. Ceci étant, une moitié d’un de nos gros sacs à dos est consacré à notre pharmacie ( avec un beau père médecin c’était difficile de faire autrement 🙂). A oui, j’oubliais, la dent d’Emile qui n’est plus… Un moment d’inattention et Emile a chuté sur la bouche. Sa petite dent de devant déjà dévitalisée lors d’une autre chute à l’école, n’a pas résisté. Il nous a fallu un peu de temps à Bert et moi pour accepter sa nouvelle bouille et finalement ça fait son charme.

Les enfants

Et les enfants? Alors évidemment que ce voyage les enrichit, même si les résultats ne se sentent pas dans l’immédiat mais en ce qui concerne les connaissances géographiques par exemple, ils commencent à plutôt bien maitriser l’apprentissage d’une troisième langue; l’anglais, on peut dire qu’ils se débrouillent plutôt bien en 4 mois et surtout, ils osent s’exprimer et savent se faire comprendre. Et enfin, leur capacité à s’adapter aux changements permanents est à souligner. Quant à Emile, il devient de plus en plus autonome, c’est beau à voir.

Voyager avec des enfants contraignant ou pas?

Pour dire vrai, voyager en famille et qui plus est avec trois garçons reste un challenge de tous les jours. Loin de moi l’idée de vous transmettre un tableau idyllique du voyage au long court ou de vous dégoûter à jamais de réaliser un tel voyage mais certains éléments sont assez usants lorsque l’on voyage avec les enfants. Ce n’est pas tant le volet scolaire qui nous pèse, nous parvenons à avoir une discipline et leur donnons 1h de cours par jour, ils ont ensuite 30 minutes de jeux éducatifs sur leur tablette et dévorent les épisodes de l’émission scientifique “c’est pas sorcier” ( c’est bon pour leur français 🙂). Nous poursuivons pendant les vacances scolaires, de façon moins assidue, mais les épargnons pendant le weekend et lors de nos nombreux déplacements. L’un dans l’autre, ils suivent à peu près le rythme de leur classe respective. Ce qui reste compliqué avec des enfants d’âges différents est sans conteste la fatigue des uns, les disputes plus ou moins régulières entre les deux grands et le plus jeune, l’impossibilité de faire des treks ou grandes promenades et parfois même pour les plus grands la prise de conscience de la chance qu’ils ont de vivre de telles aventures.

La vie fusionnel, c’est comment?

Enfin vivre 24h sur 24 ne nous offre que peu de possibilités de nous retrouver en couple, ou avoir des moments pour soi tout simplement.
Pour ceux qui croient à cette idée reçue que le tour du monde pendant 1 an c’est un peu comme des vacances, détrompez-vous. Ce n’est pas simple tous les jours de trouver le juste milieu entre les visites, les ballades, les moments ludiques, … Chaque jour demande d’user de créativité pour que les garçons y trouvent leur compte. Ménager leur rythme pour ne pas les épuiser car voyager avec des enfants fatigués, c’est la porte ouverte aux disputes et aux frustrations. Bref, pour l’instant Bert et moi avons l’impression de faire cela plutôt bien ce qui explique notre épuisement en fin de journée. Porter entre autre mon attention sur Emile à chaque instant, pour éviter qu’il se fasse happer par un tuk tuk, un camion, une voiture ou un vélo…pendant que Bert est rivé sur son écran de gsm pour nous guider dans la ville ( merci à cette fantastique application gratuite mapsme.be).
Ce voyage est un rêve et challenge que nous nous sommes fixés, c’est aussi une belle épreuve pour le couple, les enfants et la famille mais ça vaut tellement la peine de briser la routine qui nous sclérosait en Belgique, pour, chaque jour s’étonner de nouvelles choses parfois infimes mais tellement belles et de rencontres parfois incroyables mais souvent éphémères.

Nos coups de coeur

Ce que papa Bert a aimé:
* La merveilleuse ville de Bangkok
* Le mélange de culture et de religion très réussi au Sri Lanka et comment la religion affecte le parcours de vie des habitants.
* Nos enfants qui montrent un pouvoir d’adaptation incroyable, visite après visite , ville après ville, pays après pays

Ce qu’il a moins aimé:
* Un long voyage dans un bus de nuit alors que j’étais malade
* La nourriture peu variée au Myanmar ( et le manque d’hygiène 🙂)
* Phuket et son tourisme surfait

Ce que maman Stéphanie a aimé:
* Les paysages au Myanmar et surtout la descente en bateau du lac Inle
* La plongée avec mon homme et mes enfants à Phuket
* Les sourires et l’accueil des populations dans tous les pays rencontrés

Ce qu’elle a moins aimé:
* La pollution et la circulation dans certaines grandes villes
* Les dangereux bus au Sri Lanka
* Certains passage de frontière dont Malaisie Singapour

Ce que Simon a aimé:
* L’hôtel aux singes et aux oiseaux (hornbill) sur l’île de Pankor en Malaisie
* La semaine de volontariat passée auprès des éléphants en Thaïlande
* Les 3 jours passés avec une famille en voyage comme nous : les 5_ontheroad, Kristoffel, Sara et leurs enfants et ‘de bollekes’.

Ce qu’il a moins aimé:
* L’auberge de jeunesse au coeur de Singapour sale et peu accueillante
* Les gros cafards au Myanamar
* La nourriture au Myanmar

Ce que Robin a aimé:
* Le stage dans la ferme d’Ae, dans le Nord de la Thaïlande
* La plongée et le snorkeling avec les tortues
* Fêter Noël à Koh Lanta avec notre ami hollandais Freek et la famille thaïlandaise

Ce qu’il a moins aimé:
* La nourriture trop épicée en Asie
* Les toilettes qui sont en même temps les douches
* Les grosses villes

Ce qu’Emile a aimé:
* Les bonbons, biscuits, glaces que je reçois en échange de mes sourires
* Nager des heures sans bouée avec mon papa et mes frères
* Prendre l’avion, le métro, le train mais surtout …les tuk tuk

Ce qu’il a moins aimé:
* La nourriture en général en Asie sauf les fruits
* Dormir dans ma petite tente pendant toute la nuit
* Tomber sur ma tête et mes dents quand je cours trop vite

1 commentaire

  1. Commentaire par yvette1954

    Avatar

    yvette1954 Répondre 19 mars '19 le 20:56

    génial, j’adore, c’est vraiment émouvant… je vous aime.. 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut